LaChance_pro
Jacinthe Dubé
Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous    
 
Arts & culture Sports Chroniqueurs Concours Annonces Classées

  CHRONIQUEURS / Deux mots à vous dire

Si on ne peut se fier au passé!

 Imprimer   Envoyer 
François Fouquet Par François Fouquet
Lundi le 13 septembre 2021      

« Nous naviguons présentement en zone de turbulences. Attachez bien vos ceintures, on en a pour un bout! »

Mettons que vous tombez sur un manuscrit que j'ai écrit en 1990. J'y racontais des éléments de mon été, cette année-là. Du genre :   

« À la fin de cet été magnifique, un couple unit sa destinée. Les amoureux deviennent mari et femme. Pour le meilleur et pour le pire, avait dit le célébrant. Une grande fête suit la cérémonie! L'alcool coule à flots. Il faut dire que la source, bien que contrebandière, est alimentée par un ami, Jimmy, un sympathique amérindien qui habite sur sa réserve, à deux kilomètres du domicile familial. La soirée franchit facilement la nuit et le petit matin est planant, les volutes de fumée de "pot" se mélangeant à la rosée matinale de ce matin d'août. Les voisins immédiats de notre couple de tourtereaux, un couple de Jamaïcains attachant et festif, ont fourni joints et musique envoûtante.

Il y a deux ans que le mariage a eu lieu. Le couple n'en est plus un. La conjointe s'est éprise de quelqu'un d'autre. Difficile à accepter pour l'époux qui n'avait rien vu venir... »

Fin de mon récit. L'épisode n'est quand même pas unique dans la grande fresque des histoires d'amour! Rien pour écrire à sa mère, pour reprendre l'expression consacrée.

Mais voilà que l'actualité nous amène ailleurs. Dit autrement, mon ouvrage d'il y a des années pourrait bien être bloqué par le souci de la rectitude sociale à rebours.

Pourquoi? Plein de raisons! Le texte associe trop évidemment l'ensemble des nations autochtones à l'alcool et la contrebande ; il lie l'ensemble des Jamaïcains à la consommation de « pot » ; il fait porter le rôle de « trompeuse » à une femme, ce qui protège faussement les nombreux hommes qui le font ; il présente un couple trop prévisiblement genré, ce qui est exclusif alors qu'on cherche à inclure... Bref, à ce temps précis de notre évolution sociale, bien des raisons justifieraient le rejet public du texte. Peut-être serait-il brûlé, allez savoir!

Et ça me trouble. Beaucoup.

Qu'une bibliothèque accepte de brûler des bouquins, dans une tentative de « réparer » et d'aseptiser le passé, ça me semble tellement contreproductif et navrant!

L'évolution des sociétés passe par la compréhension. Et la compréhension passe par la connaissance des enjeux.

Si quelqu'un a grandi dans un milieu dans lequel le paternel buvait trop et était violent, ça ne changera rien à l'histoire d'omettre d'en parler à ses propres enfants, plus tard. Même qu'il se prive d'une occasion de démontrer les conséquences des agissements malsains d'un proche sur les siens.

Plutôt que de déchirer le passé, de faire semblant que rien n'est arrivé, que rien n'a existé, il vaut mille fois mieux former les esprits à comprendre les choses. Former les esprits à la pensée critique. Pas la pensée qui critique tout au sens de chialer sur tout, mais la pensée qui se donne le temps de réfléchir avant d'agir.

Un compromis proposé voudrait qu'on colle un avis dans ces œuvres, expliquant que le livre a été écrit à une autre époque, avec des référents culturels différents.

Je préférerais qu'on mise sur un apprentissage qui ferait dire au lecteur : « Hey, boboy! On ne dirait plus ça comme ça aujourd'hui! », mais qui ne l'amènera pas à déchirer les pages du passé.

Je préférerais largement qu'on adhère au principe voulant « qu'on doit savoir d'où on vient pour savoir où on va ».

Je préférerais qu'on mette notre énergie à bâtir demain plutôt que d'épurer inlassablement hier. Plutôt que de traiter hier comme une vaste « fake news ».     

Je préférerais qu'on mise sur notre capacité à faire la part des choses.

Sinon, on s'arme comment pour vivre demain si on vit aujourd'hui pour maquiller hier?

         

Clin d'œil de la semaine

Depuis que Monsieur Chose a brûlé toutes les allusions au mot nègre dans son entourage, il est content et se sent léger : maintenant, il n'est plus raciste...


Immeuble Saphire
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...

Prête-moi une intention

Lundi le 30 janvier 2023      
Prête-moi une intention
Les mots qui camouflent bien la réalité

Lundi le 9 janvier 2023      
Les mots qui camouflent bien la réalité
L’histoire de Paule et Line

Lundi le 16 janvier 2023      
L’histoire de Paule et Line
Immeuble Saphire
NOS RECOMMANDATIONS
Fermeture du pont Saint-François du 7 février au moins jusqu’en septembre

Mardi le 31 janvier 2023      
Fermeture du pont Saint-François du 7 février au moins jusqu’en septembre
Magog annonce sa programmation hiver-printemps 2023

Vendredi le 27 janvier 2023      
Magog annonce sa programmation hiver-printemps 2023
Pour la sécurité des piétons à Sherbrooke

Jeudi le 26 janvier 2023      
Pour la sécurité des piétons à Sherbrooke
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Golf_lounge
 
François Fouquet
Lundi, 30 janvier 2023
Prête-moi une intention

Campus_Modulo
315 412 $ pour le redressement du chemin du Lac à Saint-Georges-de-Windsor Par Julie Meese Lundi, 30 janvier 2023
315 412 $ pour le redressement du chemin du Lac à Saint-Georges-de-Windsor
332 000 comprimés de méthamphétamine de moins dans les rues de Sherbrooke Par Daniel Campeau Mercredi, 25 janvier 2023
332 000 comprimés de méthamphétamine de moins dans les rues de Sherbrooke
La Ville de Sherbrooke offre son soutien à cinq projets communautaires Par Julie Meese Vendredi, 27 janvier 2023
La Ville de Sherbrooke offre son soutien à cinq projets communautaires
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2023 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous