Granada_21janv-3fev
Jacinthe Dubé
Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous    
 
Arts & culture Sports Chroniqueurs Concours Annonces Classées

  CHRONIQUEURS / Deux mots à vous dire

Fascinantes réactions


On pourra frapper sur tous les messagers, frapper sur les jeunes, les écolos, les ci et les ça, un fait demeure : les changements climatiques sont dangereusement enclenchés. On a défié la nature au fil des 70 dernières années, bien voilà qu’on devra assumer les conséquences.
 Imprimer   Envoyer 
Photo : crédit photo: Twitter; Greta Thundberg à la manifestation de Montréal
François Fouquet Par François Fouquet
Lundi le 30 septembre 2019      

Une manifestation pour l'environnement. Une immense manifestation tenue simultanément un peu partout autour de nous.
Encore l'environnement. C'est tannant, à la fin, non?

C'est sûr que ce combat-là, puisque c'en est un, est plus dérangeant que les autres. Il nous interpelle dans notre quotidien. Nos gestes et comportements sont scrutés, nous semble-t-il. « Je me sens jugé dans tout ce que je fais! », déplorait un ami dernièrement.

Ça devient troublant parce que là, ce n'est pas pareil!

Il ne s'agit pas d'un combat ponctuel comme la fois où les étudiants ont manifesté pour les frais de scolarité. Dans ce dossier-là, on savait comment terminer le débat : une simple intervention, on change les règles qui irritent, on négocie un brin et on retourne à l'école.

Un début, une fin. Simple de même!
Mais là...

Depuis la fin de la 2e Guerre mondiale, nous avons bâti un modèle de société qui, lentement, a assimilé la notion d'un chacun-pour-soi confortable basé sur une consommation sans cesse grandissante. Prenons une chaise. Une simple chaise. Plutôt que de se procurer une chaise qui allait durer le plus longtemps possible, on s'est procuré, au rythme de nos impulsions stimulées par la mise en marché des fabricants, une chaise qui est devenue plus moelleuse, puis plus funky, puis plus moderne, etc. Plutôt qu'une chaise par citoyen pour des décennies, on s'est retrouvé avec un citoyen qui change de chaise aux deux ans, jetant systématiquement celle d'avant.
Et ce qui a été vrai pour la chaise l'a été pour tout.

Aujourd'hui, on réalise que c'est trop. Je continue de croire que tout le monde comprend qu'on a un problème de consommation et que ça nuit à l'environnement. La majorité, en tous les cas, le comprend. Mais on est tellement bien, les pieds sur la bavette du poêle! Et on travaille tellement fort pour se payer tout ça!
Au fond, on attend que quelqu'un arrive avec une solution de fin de conflit pour que tout redevienne normal le lendemain.
Pas cette fois, je le crains...

Fascinantes réactions

Plusieurs ont pesté contre les marches de vendredi dernier. Plusieurs espéraient secrètement que ça dégénère et qu'on puisse simplement frapper sur les gens descendus dans la rue, le tout permettant d'oublier le problème de base!
Ben non!

Via les médias sociaux, plusieurs ont vomi, littéralement, sur la jeunesse qui a manqué l'école pour marcher : « allez donc étudier plutôt que perdre votre temps! » Un élève a répondu ceci : « je manque des cours de science aujourd'hui, pour marcher. Mais ça ne doit pas être si grave, on n'écoute pas les scientifiques qui nous disent qu'on est dans le trouble! »
Vu de même!

On vit en eaux troubles. Mario Dumont, Maxime Bernier et bien d'autres ont frappé à grands coups sur Greta Thunberg. Plus facile de frapper sur la jeune messagère que de se remettre un peu en question! Parler de Greta évite de parler du problème en soi.

J'ai bien aimé la reformulation du vieil adage servie cette semaine : « quand Greta montre du doigt le problème environnemental, l'imbécile regarde Greta »
« Aux arbres, citoyens! », disait une pancarte dans la manifestation.

On pourra frapper sur tous les messagers, frapper sur les jeunes, les écolos, les ci et les ça, un fait demeure : les changements climatiques sont dangereusement enclenchés. On a défié la nature au fil des 70 dernières années, bien voilà qu'on devra assumer les conséquences.

Barack Obama disait : nous sommes la première génération à vivre les changements climatiques concrètement et la dernière à pouvoir faire quelque chose »

Mais c'est difficile de renoncer à notre confort et à nos habitudes, surtout qu'à performer comme on performe pour tout avoir ce que l'on a, on a l'impression de tout mériter. S'en priver devient contre nature!
Je suis habité par cette phrase, lue plus tôt cette semaine : on sait qu'on est dans le trouble quand les enfants agissent comme des adultes et que les adultes agissent comme des enfants.
Fascinantes réactions, je disais...

Clin d'œil de la semaine

Lu sur une affiche : « L'humain ne marche pas à sa perte. Il y va en char! »

 


Coop_funeraire_estrie_offre_emploi
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...

La nostalgie. La saine et l’autre.

Lundi le 23 janvier 2023      
La nostalgie. La saine et l’autre.
Prête-moi une intention

Lundi le 30 janvier 2023      
Prête-moi une intention
Les mots qui camouflent bien la réalité

Lundi le 9 janvier 2023      
Les mots qui camouflent bien la réalité
Coop_funeraire_estrie
NOS RECOMMANDATIONS
Paul Gingues persiste et signe

Jeudi le 26 janvier 2023      
Paul Gingues persiste et signe
Partenariat entre Défi Polyteck et Chocolat Lamontagne

Jeudi le 26 janvier 2023      
Partenariat entre Défi Polyteck et Chocolat Lamontagne
Sherbrooke aura son centre de crise en santé mentale

Jeudi le 26 janvier 2023      
Sherbrooke aura son centre de crise en santé mentale
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Golf_lounge
 
François Fouquet
Lundi, 30 janvier 2023
Prête-moi une intention

Campus_Modulo
Sherbrooke aura son centre de crise en santé mentale Par Julie Meese Jeudi, 26 janvier 2023
Sherbrooke aura son centre de crise en santé mentale
Partenariat entre Défi Polyteck et Chocolat Lamontagne Par Julie Meese Jeudi, 26 janvier 2023
Partenariat entre Défi Polyteck et Chocolat Lamontagne
332 000 comprimés de méthamphétamine de moins dans les rues de Sherbrooke Par Daniel Campeau Mercredi, 25 janvier 2023
332 000 comprimés de méthamphétamine de moins dans les rues de Sherbrooke
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2023 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous