Coop_funeraire_estrie
Jacinthe Dubé
Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous    
 
Actualités Chroniqueurs Concours Annonces Classées

  CHRONIQUEURS / Deux mots à vous dire

Quand le rythme change tout

 Imprimer   Envoyer 
François Fouquet Par François Fouquet
Lundi le 11 avril 2022      

Le rythme s'impose. Il entraîne. Il sème des images, des émotions.

Le rythme est contagieux.

On le constate dans les pièces musicales qu'on écoute. Mais le rythme est aussi un hypnotiseur. S'il est vrai qu'il fait naître un état d'esprit, un sentiment, il est aussi vrai qu'il fait toujours naître le même état d'esprit, le même sentiment, au fil des écoutes d'une pièce qu'on aime. Aussi endiablé soit-il, le rythme a un côté abrutissant. Il prend tellement de place, parfois, qu'il faut le casser pour voir ce qu'il y a derrière.

Ça m'a frappé la première fois quand Jacques Michel a proposé une version revisitée de sa chanson Amène-toi chez nous. La chanson au rythme enjoué et accrocheur porte, sur l'album Migration de 1975, un vêtement plus solennel, plus triste. L'album a été écrit au décès de celle qui était son épouse et la maman toute neuve d'une petite fille tout aussi neuve. La maladie qui faisait une jambette à la vie. Une tristesse absolue.

Dégarnie de son rythme originel, la chanson prenait un sens plus profond. Plus personnel. L'accueil de la maison dans l'Amène-toi chez nous original en était un collectif, heureux. Là, il devenait plus personnel. D'une personne à l'autre. Un même texte qui dévoile un sens différent.

Spécial, quand même.

C'est que le rythme différent entraîne un ton différent. Une proposition nouvelle qui dévoile un sens nouveau.   

J'ai entendu Willie Lamothe chanter Mille après mille des dizaines de fois. Ce n'est que quand Fred Pellerin l'a revue que j'ai apprécié la valeur des mots.

Louis-Jean Cormier a proposé une version toute douce de Ce soir l'amour est dans tes yeux de Martine St-Clair. Des bouts de phrase comme « il y a même dans tes silences, des mots d'amour en transparence » se sont révélés. Si je les entendais bien avant, voilà qu'ils se révélaient dans la nouvelle mouture chantée.

Dans le En direct de l'univers de Paul Arcand, Ian Kelly, en version piano voix, reprend Suspicious minds qu'avait, entre autres, popularisé Elvis. Le rythme de la version Presley était endiablé et spectaculaire, mais mettait moins en lumière les difficultés vécues par un couple qui tente de bâtir sa relation sur des fondations de jalousie.

Changer le rythme change tout

Depuis des années, notre rythme est accéléré. De plus en plus.

Depuis la restauration rapide jusqu'au « speed dating », en passant les comptoirs au volant et les suppléments à payer pour briser les files d'attente dans les parcs d'attractions, tout, mais vraiment tout est fait pour qu'on aille plus vite.

L'objectif initial était d'éviter des pertes de temps inutiles pour nous procurer plus de temps pour les activités qui nous tiennent à coeur. Mais le rythme étant roi dans nos vies, voilà que plutôt que de prendre plus de temps de qualité à faire une chose, on s'est dit qu'on pourrait dorénavant remplir ce temps par plusieurs choses!

Le piège, toi! Ironique, l'expression sauver du temps, quand même : vouloir sauver du temps alors que le temps, lui, n'est pas en danger...

Fonction rythme aléatoire     

Est-ce qu'on ne pourrait pas télécharger une application qui viendrait modifier le rythme de nos vies de façon aléatoire? Ce serait chouette, non?

Non.

Si on convient qu'on peut ressentir une chanson différemment par le fait qu'on brise son rythme, on devrait revisiter certains aspects de nos vies et enlever des éléments de choses à faire pour donner plus de temps à celles qu'on juge prioritaires.

Le mode aléatoire viendrait choisir pour nous, ce qui ne serait pas chouette!

C'est comme un tour de vélo. Je peux, en roulant, apprécier le reflet du soleil couchant sur l'eau. Je peux aussi m'arrêter 5 minutes pour le contempler pleinement. Forcément, je ne ressentirai pas la même chose.

Reste juste à revisiter mon quotidien...

 

Clin d'œil de la semaine

Toute chanson ne gagne pas à être revisitée. Agadou est un exemple probant...

Bingo_Sherbrooke
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...

Tout va changer, demain…

Mardi le 3 janvier 2023      
Tout va changer, demain…
Les mots qui camouflent bien la réalité

Lundi le 9 janvier 2023      
Les mots qui camouflent bien la réalité
La nostalgie. La saine et l’autre.

Lundi le 23 janvier 2023      
La nostalgie. La saine et l’autre.
Coop_funeraire_estrie
NOS RECOMMANDATIONS
Les médaillés d'or sur une grande murale au Palais Des Sports

Samedi le 21 janvier 2023      
Les médaillés d'or sur une grande murale au Palais Des Sports
Weekend occupé pour le SPS : deux hommes arrêtés avec facultés affaiblies

Lundi le 23 janvier 2023      
Weekend occupé pour le SPS : deux hommes arrêtés avec facultés affaiblies
Paul Gingues persiste et signe

Jeudi le 26 janvier 2023      
Paul Gingues persiste et signe
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
SAC-Chandails-Mitaine_promo
 
François Fouquet
Lundi, 23 janvier 2023
La nostalgie. La saine et l’autre.

Golf_lounge
Pour la sécurité des piétons à Sherbrooke Par Julie Meese Jeudi, 26 janvier 2023
Pour la sécurité des piétons à Sherbrooke
Partenariat entre Défi Polyteck et Chocolat Lamontagne Par Julie Meese Jeudi, 26 janvier 2023
Partenariat entre Défi Polyteck et Chocolat Lamontagne
École secondaire du Triolet : fausse alerte à la bombe Par Daniel Campeau Vendredi, 27 janvier 2023
École secondaire du Triolet : fausse alerte à la bombe
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2023 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous