Hyundai juin 21
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Bilan COVID-19 du 15 juin
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe en Estrie
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Santé et Beauté
Famille
Automobile
Avis publics
Découvertes
Blogue
STEBUC 2021
CHRONIQUEURS / Vivement l'histoire
Archives nationales du Québec à Sherbrooke Par Archives nationales du Québec à Sherbrooke
archives.sherbrooke@banq.qc.ca

Mardi, 4 mai 2021

Notre histoire en archives : la communauté chinoise en Estrie


Par Julie Roy, archiviste-coordonnatrice aux Archives nationales du Québec à Sherbrooke

 Imprimer   Envoyer 
Baptême de Tom Hing, le 7 décembre 1902. Archives nationales du Québec à Sherbrooke, fonds Cour supérieure, District judiciaire de Saint-François, état civil, Stanstead Plain Methodist Church (CE501, S86).

Dès le début du xxe siècle, Sherbrooke abrite une petite communauté chinoise. Les recensements de 1901, 1911 et 1921 font état d'une réalité particulière puisque cette communauté est essentiellement masculine. En effet, les Chinois immigrent en petits groupes formés d'oncles, de neveux et de cousins. Ils se déclarent presque tous mariés mais aucune femme ni enfant ne les accompagne ni ne les rejoint... Difficile, dans ces conditions, de retracer une famille immigrante. 

Et pourquoi cela? Une fois la construction du chemin de fer du Canadien Pacifique terminée, réalisation à laquelle la main-d'œuvre chinoise a largement pris part, le gouvernement canadien adopte toutes sortes de mesures pour restreindre le flot d'immigration chinoise, allant de l'imposition d'une taxe d'entrée (de 100 $ en 1900 à 500 $ en 1903) jusqu'à l'interdiction d'entrée au pays de 1923 à 1947. Impossible, donc, de faire venir femmes et enfants. 

À la fin de la construction du chemin de fer, la communauté chinoise se disperse pour trouver du travail. Ces hommes entreprenants et travaillants développent successivement deux secteurs commerciaux bien précis. Pendant le premier quart du xxe siècle, les Chinois fondent des buanderies. On en compte quatre à Sherbrooke pour servir les hôtels et les institutions, et pratiquement chaque localité de l'Estrie compte sa buanderie chinoise, d'Asbestos à Stanstead ! 

D'ailleurs, le registre d'état civil de 1902 de la Stanstead Plain Methodist Church réserve aux chercheurs toute une surprise en dévoilant une écriture chinoise en marge de droite. Cette inscription, à la fois rare et étonnante, témoigne de la conversion religieuse de Tom Hing, un jeune homme né en Chine en 1878, et baptisé quelques 24 ans plus tard chez les méthodistes de Stanstead Plain. Malgré des recherches fouillées, le destin de Tom Hing demeure inconnu.  

P21,D1603,P7 Café Mee-Ho, M Hong (1961)

Portrait de monsieur Wayne J. Hong (1961). Archives nationales du Québec à Sherbrooke, fonds Studio Boudrias (P21, S2, D1603, P7). Photo : Studio Boudrias. 

 

À partir des années 1950, plusieurs restaurants de cuisine chinoise font leur apparition à Sherbrooke dont le Lily Garden Café, l'Angel China Café, l'Orchid House, le Nanking Café et le Lee Café Chinese Food.

 Le Café Mee-Ho est fondé à Sherbrooke en février 1956 par deux Chinois, Wayne J. Hong et Johnny Tom. Les déclarations de raisons sociales nous apprennent que Johnny Tom retourne en Chine quelque 10 mois après l'ouverture du restaurant. Quant à Wayne J. Hong, il demeure propriétaire du Café Mee-Ho de 1956 à 1961. On perd sa trace dans les années 1960.  

Le mois de mai est l'occasion de souligner le patrimoine asiatique au Canada. Vous souhaitez en connaître davantage sur les communautés asiatiques en Estrie? Nous vous invitons à consulter notre billet de blogue Mois du patrimoine asiatique

 

Sources : 

Kesteman, Jean-Pierre, Histoire de Sherbrooke, tome 2 : De l'âge de la vapeur à l'ère de l'électricité (1867-1896), Sherbrooke, GGC éditions, 2001, p. 91. 

Radio-Canada International, L'immigration chinoise au Canada [site Web]. http://www.rcinet.ca/patrimoine-asiatique-fr/le-mois-du-patrimoine-asiatique-au-canada/limmigration-chinoise-au-canada/ (consulté le 31 août 2017). 

Ces archives vous intéressent? Prenez rendez-vous avec nous : 

Les Archives nationales du Québec à Sherbrooke sont situées au

225, rue Frontenac, bureau 401

819 820-3010, poste 6330

archives.sherbrooke@banq.qc.ca


Écoloboutique 210615
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Notre histoire en archives : au nom de l’amour

Notre histoire en archives : au nom de l’amour
STEBUC 2021
NOS RECOMMANDATIONS
Bilan COVID-19 du 8 juin

Bilan COVID-19 du 8 juin
Les «ventes de garage» de nouveau permises à Sherbrooke

Les «ventes de garage» de nouveau permises à Sherbrooke
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Coop Funéraire arrangements oct 2020
MSSS COVID-19 phase 12 avril 21
 
François Fouquet
Lundi, 14 juin 2021
La sauce à spag

Pierre-Olivier Pinard
Vendredi, 11 juin 2021
Sortir de sa zone de confort

Daniel Nadeau
Mercredi, 9 juin 2021
Croire et en mourir…

GRANADA 3 JUILLET 21
Sortir de sa zone de confort Par Pierre-Olivier Pinard Vendredi, 11 juin 2021
Sortir de sa zone de confort
Un programme d’aide financière pour les produits d’hygiène durables à Sherbrooke Par Maxime Grondin Mardi, 8 juin 2021
Un programme d’aide financière pour les produits d’hygiène durables à Sherbrooke
Canicule : ouverture d’un centre de rafraîchissement à Sherbrooke Par Maxime Grondin Lundi, 7 juin 2021
Canicule : ouverture d’un centre de rafraîchissement à Sherbrooke
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous
slimecut