Recrutement_famille_acceuil
Jacinthe Dubé
Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous    
 
Actualités Chroniqueurs Concours Annonces Classées

  CHRONIQUEURS / Deux mots à vous dire

Je veux ce qu’il y a de mieux pour eux. Point.

 Imprimer   Envoyer 
François Fouquet Par François Fouquet
Lundi le 12 septembre 2022      

Je parcourais les chaînes de télé, à la recherche de rien du tout, finalement, lorsque mon attention a été attirée par la fin d'une annonce de voiture. Un Tiguan, pour ne pas le nommer. Une bonne publicité, somme toute. Et probablement un bon VUS. C'est plutôt le scénario du contenu qui a titillé mon attention.

La publicité est un reflet en temps réel, de la société dans laquelle on vit. C'est normal. Les publicitaires prennent des photos du climat social et adaptent le message de façon à s'adresser aux champs d'intérêt des auditeurs et spectateurs.

Dans la publicité, on comprend que le papa achète tout plein de matériaux pour fabriquer une rampe de planche à roulettes. Il souhaite ainsi assouvir la passion de son enfant.

Ne veut-on pas ce qu'il y a de mieux pour nos enfants?

À la fin de l'annonce, c'est la maman qui rentre à la maison avec l'enfant qui est maintenant passionné de karaté. Son papa fait une moue en constatant qu'il a travaillé pour rien. Il semble dire « encore un changement de passion? ».

La passion. Ah! La passion!

Ces temps-ci, c'est comme ça. J'entends de jeunes parents s'exprimer sur les exploits de leur enfant. Je ne juge pas : j'étais peut-être de même un peu quand mes enfants étaient plus jeunes!

Ce qui me frappe, c'est la volonté d'identifier l'intérêt nouveau d'un enfant comme étant une passion.

Je regarde autour et je me dis qu'il y a pas mal plus de personnes qui entretiennent des intérêts plus ou moins marqués pour une ou des activités qu'il y en a qui alimentent une véritable passion.

« C'est fascinant! Mon enfant a développé dernièrement une véritable passion pour le dessin! Je viens de devancer son cadeau de fête pour lui acheter le kit des kits en dessin! Il pourra enfin pouvoir exprimer sa passion! »

Il y a beaucoup de choses dans la dernière phrase!

Primo, les mots « développé dernièrement » et « passion » qui se côtoient. Je crois sincèrement que pour parler de passion, il faut une durée dans le temps. L'enfant dessine? Grand bien lui fasse! Il suffit de laisser traîner des crayons et du papier. Et de laisser l'intérêt s'exprimer au fil des mois. On ajoutera ensuite des couches de fournitures de façon progressive.

Un passionné de dessin a besoin de très peu pour s'exprimer.

Autre exemple: donnez deux ou trois contenants de plastique et de carton à un passionné de percussions et il les transformera de façon créative en caisses de résonance.

Dit autrement : l'équipement ne fait pas l'artiste. Ou le sportif. Ou tout le reste. 

Secundo, je devance son cadeau de fête et j'offre le kit des kits à mon enfant... Bonjour la pression! Et je ne pense même pas à la pression directe, nenon! Je pense à la pression indirecte : celle qui viendra chaque fois que l'enfant entendra ses parents dire à leurs amis : « il est tellement bon, on n'a pas voulu le brimer dans sa supracréativité et on a acheté le mieux! On veut le meilleur pour nos enfants, non?

Ma boîte à imagination est fertile, vous me direz, mais j'imagine souvent l'enfant répondre : « je peux-tu essayer des affaires sans que ça devienne une occasion de dire à tout le monde que je suis hot? Ça gosse, à un moment donné! »

Et tertio, « il va enfin pouvoir exprimer sa passion! »  Je ne sais pas trop si ce bout de phrase vient pour expliquer la dépense folle et ainsi éviter qu'on juge le parent, allez savoir, mais, cibole, un enfant peut-il juste dessiner sans qu'on sème tout autour des attentes de futur Picasso? 

Je reviens à l'annonce publicitaire : si le papa ne répondait pas à la minute près à la construction d'éléments physiques pour l'assouvissement des "passions" de son enfant, il n'aurait peut-être pas tant besoin d'un VUS...

On pourrait aussi juste laisser aux enfants le temps d'être des enfants! De ceux qui apprennent à se débrouiller pour exprimer leurs intérêts. La débrouillardise cohabite avec la créativité. Les deux dépendent passablement l'un de l'autre. Autant les laisser se développer!

La pression viendra bien assez vite, de toute façon...  

 

Clin d'œil

Combien d'entre nous ont eu une passion soudaine pour l'exercice physique et ont acheté de l'équipement qui, aujourd'hui, accumule la poussière?

Écoloboutique_Fêtes_2022
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...

« Papa, pourquoi la guerre? »

Lundi le 7 novembre 2022      
« Papa, pourquoi la guerre? »
Faire (et assumer) un choix

Lundi le 14 novembre 2022      
Faire (et assumer) un choix
Tout le monde le fait, fais-le donc!

Lundi le 21 novembre 2022      
Tout le monde le fait, fais-le donc!
PROGRAM.GRANADA-24NOV-16DEC
NOS RECOMMANDATIONS
Saisie de stupéfiants à Sherbrooke

Vendredi le 2 décembre 2022      
Saisie de stupéfiants à Sherbrooke
Un couple de l'Estrie remporte un maximillion

Jeudi le 1 décembre 2022      
Un couple de l'Estrie remporte un maximillion
Des exportateurs de l’Estrie récompensés

Lundi le 28 novembre 2022      
Des exportateurs de l’Estrie récompensés
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
ÉCOLOBOUTIQUE
 
François Fouquet
Lundi, 28 novembre 2022
La goutte, le vase et l’océan…

Telejournal
« Fait en Estrie » : Les Entreprises Lachance Par Catherine Blanchette Jeudi, 1 décembre 2022
« Fait en Estrie » : Les Entreprises Lachance
La goutte, le vase et l’océan… Par François Fouquet Lundi, 28 novembre 2022
La goutte, le vase et l’océan…
48 115$ pour la Friperie-Boutique Aube-Lumière Par Julie Meese Mardi, 29 novembre 2022
48 115$ pour la Friperie-Boutique Aube-Lumière
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2022 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous