LaChance_pro
Jacinthe Dubé
Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous    
 
Arts & culture Sports Chroniqueurs Concours Annonces Classées

  CHRONIQUEURS / Deux mots à vous dire

Guerre de mots et médisance

 Imprimer   Envoyer 
Photo : Aujourd’hui, on va beaucoup à la guerre avec les mots. « Moins dangereux qu’une grenade », me direz-vous. Pas tant. - François Fouquet
François Fouquet Par François Fouquet
Lundi le 1 avril 2019      

Je ne saurais pas trop comment définir la guerre, il me semble. J'ai grandi avec les images des deux grandes guerres mondiales et de celle du Vietnam. Je sais bien qu'il y a d'autres guerres. Mais, celles-là, je pouvais m'en faire une idée un peu plus précise.

Une guerre implique deux parties, au moins, et les batailles se déroulent sur le terrain. Presque comme un jeu de stratégie. Mais avec de vraies vies.

Si on me demandait aujourd'hui de définir ce qu'est une guerre, j'irais avec les images des grandes guerres que j'ai connues. Connues un peu, du moins.

Pourtant, les choses changent. Elles ont changé et elles changeront. Si les guerres de tranchées sont moins à la mode, il n'en demeure pas moins que la violence est présente. Plus que jamais, je crois. Et sans que la guerre ne soit officiellement déclarée.

Aujourd'hui, on va beaucoup à la guerre avec les mots. « Moins dangereux qu'une grenade », me direz-vous. Pas tant.

Les mots sèment la haine comme ils peuvent semer l'amour. On manipule les faits avec les mots. On bâtit de faux scénarios avec les mots. On crée de fausses nouvelles avec les mots. Et la route s'ouvre vers de fausses perceptions, de faux scénarios et de fausses informations.

C'est de la manipulation.

Manipulation rendue plus accessible par les médias sociaux. Le principe est toujours le même.

Pour une raison X, je décide que Monsieur Untel n'est pas correct. Mais bon, c'est ma perception. Rien ne prouve ce que j'avance. Tant pis : je vais faire du chemin quand même. Je sème des énoncés que je répète aux oreilles qui me semblent plus attentives. Puis, je fais du renforcement en répétant mon message de façon un peu différente, glissant de faux exemples pour étayer ma théorie. Je pousse ensuite un peu plus loin en envoyant des courriels à un petit groupe d'initiés attentifs et ça se transporte lentement mais sûrement, dans l'espace public.

Subitement, ce qui n'était qu'une perception de ma part, à force d'être répété, est devenu un fait. C'est toujours le même principe : répétez que monsieur Untel est un voleur et, au bout de la course, qu'il le soit ou non, sa crédibilité sera entachée.

On peut donc faire la guerre à différentes échelles. Avec différents moyens. Une guerre qui n'a pas sa raison d'être? Possible, mais ce ne serait pas la première guerre du genre dans le monde!

Les mots peuvent intimider, blesser.

Et vous remarquerez que si monsieur Untel se défend, la réaction des gueulards sera de crier (justement!) « Si ce n'était pas vrai, il ne se défendrait pas de même! »

Dans une société où nos droits et libertés règnent, nos droits et responsabilités semblent arriver deuxièmes plus souvent qu'à leur tour.

Le remède?

Pas simple. Et très simple à la fois!

Quand le comportement ou la manière d'être d'une personne nous agace et qu'on est sur le point de lancer une guerre de mots basée sur la mauvaise foi qui veut détruire plutôt que construire, on prend un brin de courage (qui prend une autre dimension derrière un clavier) et on va jaser avec la personne concernée.

Juste ça.

La communication directe, yeux à yeux, est plus profitable que toute autre forme de communication indirecte.
La paix ne passe pas par les moyens de communication modernes. Elle passe par le contact réel entre deux humains de bonne foi.

Aucune intelligence artificielle n'arrivera jamais à la cheville d'une vraie rencontre entre deux vrais êtres qui sont en désaccord. Et les résultats sont étonnamment positifs.

Clin d'œil de la semaine

La facilité de nos communications met en lumière un problème qui existe depuis toujours, semble-t-il. Voici une citation de 1642:

« Les médisants sont toujours lâches; ils tiennent toujours leurs propos derrière les gens et, quand ils voient face à face ceux dont ils parlent, ils fuient. »

Citation de Pedro Calderón de la Barca ; À outrage secret, vengeance secrète


Granada_21janv-3fev
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...

L’histoire de Paule et Line

Lundi le 16 janvier 2023      
L’histoire de Paule et Line
Prête-moi une intention

Lundi le 30 janvier 2023      
Prête-moi une intention
Les mots qui camouflent bien la réalité

Lundi le 9 janvier 2023      
Les mots qui camouflent bien la réalité
Immeuble Saphire
NOS RECOMMANDATIONS
Sherbrooke aura son centre de crise en santé mentale

Jeudi le 26 janvier 2023      
Sherbrooke aura son centre de crise en santé mentale
500e chronique de Daniel Nadeau pour EstriePlus

Vendredi le 27 janvier 2023      
500e chronique de Daniel Nadeau pour EstriePlus
332 000 comprimés de méthamphétamine de moins dans les rues de Sherbrooke

Mercredi le 25 janvier 2023      
332 000 comprimés de méthamphétamine de moins dans les rues de Sherbrooke
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Immeuble Saphire
 
François Fouquet
Lundi, 30 janvier 2023
Prête-moi une intention

LaChance_pro
Opération nationale concertée de motoneige: les motoneigistes de l'Estrie suivent les règles dans l’ensemble Par Julie Meese Lundi, 30 janvier 2023
Opération nationale concertée de motoneige: les motoneigistes de l'Estrie suivent les règles dans l’ensemble
Fausse alerte au Triolet : un homme de 26 ans arrêté Par Daniel Campeau Lundi, 30 janvier 2023
Fausse alerte au Triolet : un homme de 26 ans arrêté
Pour la sécurité des piétons à Sherbrooke Par Julie Meese Jeudi, 26 janvier 2023
Pour la sécurité des piétons à Sherbrooke
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2023 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous