Immeuble Saphire
Jacinthe Dubé
Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous    
 
Arts & culture Sports Chroniqueurs Concours Annonces Classées

  CHRONIQUEURS / Deux mots à vous dire

Accessible comme un souffleur à feuilles

 Imprimer   Envoyer 
François Fouquet Par François Fouquet
Mardi le 25 octobre 2022      

La lumière d'octobre a quelque chose de pur et de presque magique. Quand le ciel se dévoile de tout nuage, voilà que se dessine une œuvre artistique qui ne demande qu'à être contemplée : le déploiement du rouge, de l'orange et du jaune des feuilles qui s'accrochent encore aux branches, le tout sur un fond bleu immaculé, puissant et lumineux. Quand on baisse les yeux, le ravissement est total. Les feuilles tombées composent un savant mélange de couleurs et d'odeurs qui me rendent heureux. Tout simplement.

Pour cette raison, j'imagine, j'aime beaucoup l'automne.

Mais je dois admettre que je suis un fan des quatre saisons, alors...

Des fois, je me dis que pareille beauté devrait nous inspirer un sentiment qu'on a oublié depuis l'ère industrielle : l'humilité.

Humilité au sens de l'appréciation de ce grand ballet de la vie qui se déroule devant nous quand les cycles se succèdent sous nos yeux. Les technologies évoluent, mais n'arrivent jamais à la cheville de ce que la nature propose. On en arrive maintenant à documenter une compréhension assez fine de la nature. Allez savoir si ceci explique cela, mais toujours est-il que plus on en sait et plus on agit en maîtres à bord.  Comme si nous pouvions reproduire ce cycle dans ses moindres détails. Dit autrement, on bafoue les équilibres en place, convaincus que nous saurons tout réparer, tout régénérer.

L'humilité n'est pas notre caractéristique principale. Vraiment pas.

Jusqu'à ces derniers mois, j'avais l'impression qu'il y avait une adhésion très forte autour du concept de l'effort que chacun peut faire pour favoriser le respect de son environnement. Que même si on sait que des gestes politiques majeurs devront être posés, on se sentait quand même impliqués dans la solution.

Pourtant, un discours ambiant prend de l'ampleur. Basé sur le constat que notre geste n'a pas de conséquence statistique positive dans la globalité du problème, voilà qu'on se met à affirmer de plus en plus que, finalement, les petits gestes individuels sont inutiles.

Je continue à croire que si je fais ce qui est à ma portée, je ferai une différence. Pas statistique, j'en conviens, mais une différence dans mon rapport avec l'environnement au sens large. Et cette différence est susceptible de créer un petit courant autour de moi.

Je m'inscris contre ce discours ambiant qui ne manque pas de rappeler que l'économie doit et devra primer sur tous le reste.

En marchant dans les rues de on quartier, j'ai été surpris et perturbé par le nombre de souffleurs à feuilles propulsés à l'essence qui font un tintamarre franchement désagréable en plus d'embaumer l'air ambiant de cette douce odeur du moteur à 2 temps.

Il me semble qu'il y a là quelque chose de symptomatique de notre façon de voir et de faire. Comment la corvée de ramasser des feuilles a-t-elle pu prendre une ampleur telle qu'elle mérite l'achat d'un bidule du genre?

Vous me direz que je suis de mauvaise foi, mais j'y vois une culture du « besoin qu'on se crée » qui est nettement exagérée.

 Un râteau, des sacs de papier, quelques heures de plein air et hop, le tour est joué. On parle quand même de lots résidentiels!

Mais visiblement, le ramassage des feuilles mortes est devenu quelque chose qui demande une énergie outrageusement exagérée et qui résulte en un nouveau besoin essentiel. C'est navrant.

Si on ne reconnaît pas la pertinence des petits gestes accessibles, je me dis que quand on aura à s'impliquer pour vrai, ça va faire vraiment mal!

 

Clin d'œil de la semaine

L'environnement n'est pas dans l'ADN de la CAQ et les gestes sont timides depuis 4 ans. Et le message pour les 4 prochaines années? « Continuons »...


Campus_Modulo
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...

Les mots qui camouflent bien la réalité

Lundi le 9 janvier 2023      
Les mots qui camouflent bien la réalité
L’histoire de Paule et Line

Lundi le 16 janvier 2023      
L’histoire de Paule et Line
La nostalgie. La saine et l’autre.

Lundi le 23 janvier 2023      
La nostalgie. La saine et l’autre.
Coop_funeraire_estrie
NOS RECOMMANDATIONS
Magog annonce sa programmation hiver-printemps 2023

Vendredi le 27 janvier 2023      
Magog annonce sa programmation hiver-printemps 2023
Quoi faire ce week-end?

Jeudi le 26 janvier 2023      
Quoi faire ce week-end?
Partenariat entre Défi Polyteck et Chocolat Lamontagne

Jeudi le 26 janvier 2023      
Partenariat entre Défi Polyteck et Chocolat Lamontagne
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Golf_lounge
 
François Fouquet
Lundi, 30 janvier 2023
Prête-moi une intention

Golf_lounge
La Ville de Sherbrooke offre son soutien à cinq projets communautaires Par Julie Meese Vendredi, 27 janvier 2023
La Ville de Sherbrooke offre son soutien à cinq projets communautaires
Tournoi provincial midget - junior de Fleurimont : de retour dès le 2 février Par Daniel Campeau Mardi, 31 janvier 2023
Tournoi provincial midget - junior de Fleurimont : de retour dès le 2 février
9,4M$ pour quatre projets touristiques en Estrie Par Julie Meese Mercredi, 25 janvier 2023
9,4M$ pour quatre projets touristiques en Estrie
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2023 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous